Claire Suchodolski (@_clairesucho)

Jun 2018

La prise de risque a souvent du bon. En route pour une visite du Black Lake, au Monténégro, nous apercevons sur le bas côté de la route un chiot visiblement perdu et apeuré. Nous nous arrêtons pour le remettre dans un endroit plus sécurisé proche d’un point d’eau. Le cœur brisé nous partons en espérant que sa mère le retrouvera. En fin de journée, sur le chemin du retour, j’ai la boule au ventre à l’idée de repasser devant cet endroit et de voir ce petit être mort. Nous nous arrêtons une seconde fois, aucunes traces du petit, c’est un soulagement sa mère a dû le retrouver. Mais non, il a traversé la route et est maintenant de l’autre côté. Nous comprenons qu’il est seul depuis le début. Nous traversons la route et j’arrive tant bien que mal à l’attraper. Le petit s’était réfugié dans un buisson crochu. Il résiste au début et pleur de peur. Une fois dans la voiture je le met en cocon dans un k-way. Nous le calmons en lui parlant et en caressant sa petit tête. Il s’endort dans mes bras. Et nous voilà parti pour 1h30 de route avec le prénommé Albert. Nous allons le mettre dans les bras de la ville de Kotor. Les habitants ont l’habitude de vivre avec des chats et chatons en liberté. À chaque ruelle une gamelle de croquette et d’eau sont déposées. Mais surtout c’est une magnifique ville entre des remparts et entièrement piétonne. La première patte par terre, son premier réflexe est d’explorer sa nouvelle ville. Le cœur à la fois léger et lourd nous décidons de partir avant qu’il ne s’attache à nous. Je ne vais pas vous cacher que nous, nous étions attaché à lui. Il faut rester réaliste et admettre que c’est la meilleure solution pour lui. Se mettre en danger physiquement et émotionnellement était dur, mais le pire aurait été de ne rien faire. Au plaisir de te revoir petit Albert.

5 comments